Skip to main content

Ça prend de tout pour faire un monde

Ça prend de tout pour faire un monde

Composer avec un collègue bizarre


Par Amanda Frank
Collaboratrice de Monster


 
Le monde est rempli de gens étranges, il n’y a pas de doute là-dessus. Vous en connaissez quelques-uns ou travaillez même avec certains d’entre eux.
 
Vous en arrivez presque à vous arracher les cheveux d’exaspération à cause de collègues loufoques. Mais pour être juste, vous êtes prêt à admettre à contrecœur qu’ils peuvent parfois s’avérer utiles, voire un tantinet divertissants. Alors pourquoi les écarter avec tant de hâte?
 
« Comme pour le reste, c’est une question de diversité; comme être humains, nous sommes programmés à regarder les gens et à les catégoriser, explique la conseillère en carrière Cheryl Stein. Nous portons des jugements très rapides et classons les gens selon qu’ils nous ressemblent ou pas. Nous avons tendance à nous détourner de ceux qui sont différents de nous car nous n’arrivons pas à les comprendre du fait qu’ils ne nous semblent pas normaux. Mais qu’est-ce que la normalité? »

De toute évidence, il est plus facile d’apprécier la valeur qu’apportent vos collègues bizarroïdes à votre vie professionnelle quotidienne dans les moments positifs. Il est plus difficile de composer avec eux lorsqu’ils vous font grincer des dents, d’autant plus que vous êtes dans un environnement dont l’objectif est d’être productif. Comment garder vos dents intactes? Simple question de perception. (À vrai dire, ne pourrions-nous pas affirmer que tous les problèmes au travail relèvent d’une question de perception?)

Bonjour, je m’appelle Untel
Je suis bizarre

Au fil des années, j’ai côtoyé certaines personnes très excentriques. Vêtements loufoques, goûts bizarres, modes de réflexion étranges, personnalités invraisemblables. Heureusement que je suis de nature très sociable et débonnaire. Les gens bizarres s’en rendent vite compte et ont tendance à rappliquer vers moi. C’est sans doute mon aura. Bon, à mon tour de disjoncter.

Il y a quelque chose chez moi qui fait que j’aime vraiment écouter ce que les gens ont à dire et je m’entends bien avec pratiquement tout le monde. Et je sais comment m’y prendre avec les gens bizarres. Je les saisis bien. J’aime quand ils m’invitent dans leurs mondes intérieurs étranges, ce qui me permet de frayer avec l’originalité. Je suppose que c’est la raison pour laquelle les personnes bizarres me semblent plus stimulantes et moins ennuyeuses que les gens normaux. Je remarque l’universalité entre les gens plutôt que l’unicité. C’est beaucoup plus difficile de procéder de la sorte quand on traite avec un personnage.

Le bizarre à petites doses aide à passer à travers la journée

Composer avec un collègue bizarre peut s’avérer très difficile, mais je demeure convaincu que les avantages supplantent les inconvénients. Si vous pouvez maîtriser votre perception de ces collègues étranges, vous apprécierez vous aussi leur considérable contribution au travail.

« Une façon de composer avec la négativité au travail consiste à tenir un journal des choses positives que les collègues bizarres apportent à l’effort collectif et cela vous aidera à mieux vous recentrer », affirme Cheryl Stein.
 
  • Sont-ils fiables et peut-on compter sur eux pour se présenter chaque jour au travail?
  • Font-ils leur travail de façon méticuleuse, vous épargnant la corvée exténuante d’avoir à corriger des erreurs brouillonnes?
  • Affichent-ils une attention et un enthousiasme exceptionnels avec les clients?
  • Sont-ils toujours positifs et plein d’énergie débridée?
  • Proposent-ils des idées sensationnelles auxquelles vous n’auriez jamais songé du simple fait que leurs cerveaux travaillent différemment du vôtre?
  • Pensez un peu aux qualités très intéressantes qui en ont fait des candidats de choix dès le départ.
« La meilleure façon de composer avec une personne hyper-bizarroïde est de se comporter avec elle comme avec une personne d’une autre culture, explique Stein. Trouvez des points communs. Il est ainsi plus facile d’établir une ressemblance avec vous. Tout le monde a une famille, a grandi quelque part et est allé à l’école élémentaire. Le fait de parler de vos traits communs les rend soudain plus humains à vos yeux. »
 
Si c’est une simple question d’incompétence sociale, d’étrangeté et d’excentricité, peut-être accueillerez-vous votre collègue en fonction de la dimension démesurée qu’il confère à votre vie au travail. Acceptez et appréciez les éclats, gestes et sons loufoques. C’est essentiellement bénin. Des choses que vous ne feriez pas vous-même, pas vrai? Parce que vous êtes tellement normal. Voyez les choses sous cet angle : vous êtes tenu d’entretenir des rapports professionnels pour une question d’efficacité, pour faciliter le déroulement des activités. Ce qui ne veut pas dire que vous devez aller dîner à tout prix avec eux, mais le respect est de mise.

« Gardez votre sens de l’humour, ajoute Stein. J’ai une théorie selon laquelle toute personne en dehors de moi est folle. Sondez les habitants de la planète et vous verrez qu’ils pensent tous que leur façon de faire est la bonne, car nous avons chacun un seul cerveau pour penser. Vous pourriez sembler très bizarre aux yeux de cette personne car votre perception de la normalité n’appartient qu’à vous. »